Opération Sweet Tooth – Ian McEwan

Me voilà de retour pour vous parler du dernier livre que j’ai lu, Opération Sweet Tooth. Dans ce roman, que je qualifierais à la fois d’espionnage et d’amour, Ian McEwan évoque un moment de l’histoire qui n’est pas inédit dans la littérature : la guerre froide. Cependant, il l’aborde d’une façon quelque peu originale en ce centrant sur ce qui était appelé « la guerre douce », soit la guerre culturelle qui faisait aussi rage à cette époque.

L’histoire se déroule dans les années 70, en Grande Bretagne. Serena Frome, jeune diplômée en mathématique et dévoreuse de livres, est recrutée par le MI5, une agence de renseignements anglaise, pour, dans un premier temps, effectuer des tâches de secrétariat. Dans la première moitié du roman nous sommes plongés dans l’enfance, puis l’adolescence et les années d’étudiante de Serena. Peu à peu, nous nous retrouvons face à l’ambiance du MI5 et de la guerre froide, face à la bureaucratie et au monde de l’espionnage. Ce n’est que plus tard, dans le seconde moitié du roman que Serena se voit attribuer une mission au sein de l’Opération Sweet Tooth qui a pour but de promouvoir la littérature anti-communiste en finançant discrètement – par le biais de subventions versées par une fausse fondation littéraire – de jeunes écrivains ayant une idéologie conforme avec celle du gouvernement britannique. La mission de Serena, se rapprocher de Tom Haley et le convaincre d’accepter cette subventions, ce qu’elle va très bien réussir et peut-être même trop bien réussir puisqu’elle finira part lier des relations plus que personnelles avec lui. Cette jolie jeune femme, rêveuse, un peu fleur bleue et souvent amoureuse, va alors se retrouver dans une position délicate, obligée de mentir à son amant et de le manipuler pour qu’il reste dans le cadre implicitement fixé par le MI5.

operation-sweet-toothCe qu’en dit l’éditeur : En Grande-Bretagne, au début des années 1970, la guerre froide est loin d’être finie. Diplômée de Cambridge, belle et intelligente, Serena Frome est la recrue idéale pour le MI5. La légendaire agence de renseignements anglaise est en effet bien décidée à régner sur les esprits en subvenant aux besoins d’écrivains dont l’idéologie s’accorde avec celle du gouvernement. L’opération en question s’intitule Sweet Tooth et Serena, lectrice compulsive, semble être la candidate tout indiquée pour infiltrer l’univers de Tom Haley, un jeune auteur prometteur. Tout d’abord, elle tombe amoureuse de ses nouvelles. Puis c’est de l’homme qu’elle s’éprend, faisant de lui l’autre personnage central de cette histoire. Mêlant finement réalité et fiction, le romancier souligne l’influence de la littérature sur nos existences, pour le plus grand plaisir du lecteur, qui finira par comprendre que toute cette histoire était avant tout… un grand roman d’amour (Gallimard, 2014).

Cette histoire, qui a tout de même une part de réalité puisque certains points sont basés sur des faits réels, est très agréable à lire. Elle est racontée avec humour et aborde plusieurs thématiques que je trouve intéressante comme notamment le pouvoir du mensonge et le processus de création littéraire. Le côté politique est quant à lui léger même s’il a un rôle central dans ce livre. J’ai été surprise par le dénouement de l’histoire, je me doutais bien que tout finirais bien, mais je ne pensais pas que cela serait amené comme ça l’est. Une jolie pirouette de la part d’Ian McEwan. En bref, un très bon moment de lecture, assez prenant et très bien écrit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s