Lectures, Romans contemporains

L’homme qui avait soif – Hubert Mingarelli

Dans L’homme qui avait soif, le dernier roman d’Hubert Mingarelli, nous nous retrouvons plongés par alternance entre le présent d’Hisao, un jeune soldat récemment démobilisé, et son passé, lorsqu’il était au front, dans la montagne de Peleliu. Revenu très affecté par cette épreuve, il souffre d’un mal étrange, la soif, qui est la cause chez lui de terribles maux à la fois physiques mais aussi psychiques. Elle survient à tout moment, incontrôlablement, l’obligeant à boire dès qu’il le peut. C’est de cette façon qu’il ne repartira pas avec le train qui le conduisait vers sa bien-aimée, Shigeko, qu’il n’a encore jamais rencontré mais qu’il s’en va épouser. Il se lance alors dans un voyage à pied avec l’espoir, dans un premier temps de pouvoir rattraper le train, puis seulement par la suite de pouvoir récupérer son bagage – qui contient un œuf de Jade pour Shigeko – dans une des gares du parcours. Au cours de son périple en direction d’Hokkaido, il se remémore les bons moments aux côtés de son ancienne logeuse et ceux passés en compagnie d’un autre soldat avec qui il s’était lié d’amitié, mais aussi les moments plus durs et notamment le désespoir face à la perte de ces êtres qui lui été chers. Sur le chemin, il va faire de nombreuses rencontres le conduisant à réfléchir sur la vie.

Ce qu’en dit l’éditeur : Japon, 1946, pendant l’occupation américaine. Démobilisé depuis peu, Hisao revient de la montagne avec une soif obsédante et des rêves qui le hantent. À bord du train qui doit le conduire vers la femme aimée, il commet une terrible erreur. Descendu pour boire, il voit le train repartir avec sa valise et l’œuf de jade qu’il a prévu d’offrir à Shigeko. Alors qu’un suspens subtil mais intense invite le lecteur à suivre les péripéties d’Hisao courant après sa valise, se dessine la bataille de Peleliu où il a combattu aux côtés de Takeshi, jeune soldat troublant qui chante dans le noir. Et qui mourra à ses côtés. Dans ce roman aussi puissant que poétique, Hubert Mingarelli évoque avec une rare élégance l’amitié entre hommes et le Japon meurtri par la guerre. Hisao retrouvera-t-il sa valise et arrivera-t-il jusqu’au « mystère Shigeko » ? (Stock, 2014)

Avec ce roman, Hubert Mingarelli aborde les thèmes de l’amitié, notamment en temps de guerre, de l’errance et de la solitude, mais aussi et surtout de l’espoir, l’espoir d’une nouvelle vie symbolisé par ce fameux œuf de Jade. Il s’agit d’un roman initiatique bien écrit et plutôt poétique, mais, cela n’a pas fonctionné avec moi et je me suis parfois ennuyée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s