Expo 58 – Jonathan Coe

Bonjour, je suis de retour avec un nouvel avis lecture. J’ai, tout comme pour le précédent avis que j’ai partagé avec vous, également choisi ce livre dans le cadre mon travail. Il s’agit du dernier ouvrage de Jonathan Coe : Expo 58.

A14279Ce qu’en dit l’éditeur : Londres, 1958. Thomas Foley dispose d’une certaine ancienneté au ministère de l’Information quand on vient lui proposer de participer à un événement historique, l’Exposition universelle, qui doit se tenir cette année-là à Bruxelles. Il devra y superviser la construction du Pavillon britannique et veiller à la bonne tenue d’un pub, Le Britannia, censé incarner la culture de son pays. Le jeune Foley, alors qu’il vient de devenir père, est séduit par cette proposition exotique, et Sylvia, son épouse, ne voit pas son départ d’un très bon œil. Elle fera toutefois bonne figure, et la correspondance qu’ils échangeront viendra entrecouper le récit des nombreuses péripéties qui attendent notre héros au pays du roi Baudouin, où il est très vite rejoint par de savoureux personnages : Chersky, un journaliste russe qui pose des questions à la manière du KGB, Tony, le scientifique anglais responsable d’une machine, la ZETA, qui pourrait faire avancer la technologie du nucléaire, Anneke, enfin, l’hôtesse belge qui va devenir sa garde rapprochée… Coe embarque le lecteur dans une histoire pleine de rebondissements, sans que jamais la tension ne retombe ou que le ridicule ne l’emporte. Sous la forme d’une parodie de roman d’espionnage, il médite sur le sens de nos existences et dresse le portrait d’un monde disparu, l’Angleterre des années 1950, une société tiraillée entre une certaine attirance pour la liberté que semble offrir la modernité et un attachement viscéral aux convenances et aux traditions en place. (Gallimard, 2014)

Avec ce nouveau roman, Jonathan Coe plonge ses lecteurs dans la frénésie de l’Exposition universelle de 1958. Au début du récit, le personnage principal, Thomas Foley, un homme « typiquement » anglais, doit très vite prendre une décision : saisir une grosse opportunité professionnelle et s’éloigner de sa femme et son enfant pendant 6 mois pour travailler à Bruxelles le temps de l’exposition ou bien y renoncer et rester près d’eux. Au final il choisit la première solution encouragé, plus ou moins de bon cœur, par sa compagne. Il se retrouve alors au milieu d’une véritable fourmilière dans laquelle une multitude de gens originaires de pleins de pays différents « grouillent », font la promotion de leur nation, de leur culture et de leur connaissance dans de nombreux domaines, mais aussi en défendent les intérêts. Thomas Foley est un homme banal, ambitieux et loyal mais aussi d’une grande naïveté et facilement manipulable. Comme tous les personnages de l’histoire, il est une caricature. En effet, nous retrouvons également le russe forcément membre du KGB, l’américaine très superficielle ou encore la très serviable belge, mais aussi les personnages de Wayne et Radford qui font inévitablement penser à Dupond et Dupont et accentuent le côté comique et parodique de l’histoire. Tout au long de son séjour il va rencontrer de nombreuses personnes différentes qui le pousseront à se poser des questions. Il sera amené à faire des choix, tant professionnels que personnels, pour se rendre compte au final qu’il aura très souvent fait les mauvais et que l’on s’est servit de lui. Jonathan Coe fait alterner les ambiances, nous passons ainsi de situations drôles à des moments de réflexions plus profonds poussant à l’interrogation au sujet du contexte historique dans lequel les personnages sont plongés, des modes de vies de l’époque (Jonathan Coe met notamment en relief tout au long de son histoire la façon très différentes dont été perçue la cigarette par les gens), du couple et de la fidélité, du monde professionnel, etc.

J’ai apprécié cette lecture qui m’a très facilement transporté à cette époque et en ce lieu. Elle fut divertissante et prenante, en effet, j’ai eu du mal à lâcher le livre, même s’il y a tout de même peu de suspens, ni de surprises.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s