Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? – Zidrou & Roger

Il y a peu j’ai enfin lu la dernière bande dessinée de Zidrou et Roger intitulée Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? Je dis « enfin » parce que ça faisait déjà un petit moment que je souhaitais la lire, depuis sa sortie en fait, attirée par son titre à rallonge et sa première de couverture surprenante.

CV_ROIDEPRUSSE_01_FR.inddDans cette bande dessinée – assez courte – Zidrou et Roger nous racontent l’histoire de Catherine, une maman entièrement dévouée à son fils Michel. Âgé de 43 ans, ce dernier est handicapé des suites d’un accident de la route. Michel, tout comme sa maman est très attachant et vit sa vie sans trop se poser de question. Il est très fort au Puissance 4, adore les éclairs aux chocolats et la série télévisée « Hippie papy » dont il porte un tee-shirt chaque jour. Seule un vingtaine de minutes m’auront suffit pour lire cet ouvrage. L’histoire est à la fois simple, attendrissante et réaliste, tout paraît authentique. Elle aborde des thématiques qui peuvent toucher tout le monde, l’alcool, la vitesse au volant, les accidents qui font que la vie change brusquement…

Au final, j’ai apprécié cette lecture, cependant, j’ai été tout de même un peu déçu, j’avais très hâte de lire cette bande dessinée, mais je ne m’attendais pas à cette construction en petits épisodes (qui forme quand même un ensemble plus que cohérent) ni à ce que ça soit si court, j’aurais aimé en avoir plus…

Ce qu’en dit l’éditeur : Un duo inédit pour un album plein d’humanité et de tendresse : Zidrou et Roger, le dessinateur de Jazz Maynard, signent le one-shot Pendant que le Roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? Eh bien, c’est sa maman ! Madame Hubeau, elle, s’occupe seule de son grand enfant de 40 ans, Michel, handicapé. Un quotidien certes difficile, mais joyeux et qu’elle assume avec courage et générosité. Un magnifique hommage à toutes ces personnes admirables qui se battent dans l’ombre (Dargaud, 2013). 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s