Lectures, Romans contemporains

A l’encre russe – Tatiana De Rosnay

Aujourd’hui je reviens avec un avis lecture au sujet d’un roman : A l’encre russe de Tatiana de Rosnay. Petite précision, c’est le premier livre de cette auteure que je lis. J’avais beaucoup entendu parler d’elle, et généralement en plutôt bons termes, donc, piquée par la curiosité (mais quand même un peu réticente je dois l’avouer), je me suis lancée !

Dans ce roman, Tatiana de Rosnay nous raconte l’histoire de Nicolas Duhamel, un jeune écrivain à succès. Il est l’auteur d’un seul et unique livre qui a rencontré un franc succès dans le monde entier et qui a été adapté au cinéma. Au début du roman, nous le retrouvons dans un hôtel luxueux de Toscane, en compagnie de sa petite amie Malvina. C’est une jeune femme plutôt superficielle et très jalouse. Nicolas quant à lui, semble être un coureur et il donne l’impression de s’être très rapidement habitué à son nouveau statut de « star ».

Grâce à ce voyage, Nicolas, qui est censé écrire son deuxième livre mais qui semble être touché par le syndrome de la page blanche, espère trouver l’inspiration (même s’il est pratiquement sûr que ça n’arrivera pas).

La trame du roman se déroule sur trois jours durant lesquels de nombreux allers-retours entre le passé et le présent sont faits. Nicolas n’a pas eu une enfance très facile notamment parce son père à disparu très brusquement lors d’une sortie en mer alors qu’il n’était encore qu’un jeune garçon. Un jour, alors qu’il doit refaire son passeport, l’administration lui demande de prouver qu’il est bien français. C’est en cherchant les certificats de naissance de ses parents qu’il va découvrir que son père était en réalité russe et qu’il est né sous une autre identité que celle qu’il connait. Il va alors tenter de comprendre pourquoi il ne savait pas cela à propos de son père et fouiller dans son histoire familiale. Grâce à ses sauts dans le passé, le lecteur comprend la démarche de Nicolas et sa quête d’identité. C’est de cette expérience qu’il va s’inspirer pour écrire son premier livre.

Durant ces trois jours de vacances en Toscane rien de particulier ne se passe, Nicolas rencontre des personnes plus ou moins loufoques (parmi lesquelles une éditrice très célèbre), court après les filles, vit quelques mésaventures, il découvre notamment qu’il s’est fait avoir par sa copine qui lui a fait un bébé dans le dos… jusqu’à un évènement tragique (qui arrive un peu de façon incongrue, il faut le dire) qui lui fera trouver l’inspiration. Je ne vais pas vous révéler quel est cet évènement tragique pour ne pas spoiler ceux qui liront le livre, mais il est très inspiré d’un fait réel et je ne trouve pas ça super top de la part de l’auteure… Est-ce par manque d’imagination, d’inspiration…?

J’ai été très déçue par ce roman, je pensais trouver un peu plus de Russie, au final l’histoire est vraiment très centrée sur les états d’âme du personnage principal. J’ai trouvé cette lecture un peu ennuyeuse, l’histoire pas très originale (le coup de la petite amie qui décide d’avoir un bébé sans prévenir c’est vraiment du déjà vu). Certes, le livre se lit très bien, il est plutôt bien écrit, mais sur le fond, il n’y a rien d’exceptionnel. C’est plat et fade, du coup, je ne suis pas sûre de vouloir retenter l’aventure avec un autre livre de Tatiana de Rosnay.

Ce qu’en dit l’éditeur : Nicolas Duhamel découvre à plus de vingt ans qu’un troublant mystère entoure ses origines. Pourquoi sa famille a-t-elle délibérément rayé un pan de son histoire ? Son père, disparu au large de la côte basque alors qu’il était encore enfant, n’est plus là pour lui répondre. Affecté par l’onde de choc de ces révélations, le jeune homme se lance sur la piste de ses ancêtres, jusqu’à Saint-Pétersbourg. De cette enquête découlera un roman qui rencontrera un succès phénoménal. Grâce à ce livre, Nicolas pense en avoir fini avec les fantômes du passé. Pourtant, lors d’un séjour dans un hôtel de rêve sur une île toscane, il verra s’accumuler orages et périls, défiler sa vie et se jouer son avenir (Editions Héloïse d’Ormesson, 2013).

Publicités

4 thoughts on “A l’encre russe – Tatiana De Rosnay”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s