Lectures, Romans contemporains

La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

Je reviens avec un livre que j’avais vraiment hâte de lire et il était temps de le faire, un million d’années après tout le monde, La couleur des sentiments de Kathryn Stockett ! J’avais hâte d’abord parce qu’on m’en avait dit beaucoup de bien, mais aussi parce que j’avais vraiment aimé l’adaptation cinématographique qui en avait été faite.

Dans ce roman à trois voix, le lecteur est plongé tour à tour dans les pensées des trois personnages principaux, Aibileen et Minny, deux femmes noires qui sont bonnes pour des familles blanches, et Miss Skeeter, qui vient de finir ses études, qui est retournée vivre chez ses parents et qui rêve de devenir écrivain ou journaliste. Seulement, à cette époque, dans les années 60, dans le Mississippi, alors que la ségrégation raciale est loi, ce n’est pas si simple pour une femme. Elle postule quand même à différentes offres dans ces domaines et se retrouve à publier dans un journal des conseils de ménagère aux lectrices qui lui écrivent. Ni connaissant absolument rien en matière d’entretien de la maison et de cuisine, elle va se rapprocher d’Aibileen, la bonne d’une de ses amies et lui demander de l’aider. Dans le même temps, une éditrice la contacte et lui propose de lire ses textes sous conditions qu’elle lui propose quelque chose d’original. Au fil de ses discutions avec Aibileen, et animée par une volonté de faire changer la société dans laquelle elle vit, une idée  lui apparait et elle va alors se lancer dans l’écriture d’un livre sous forme de recueil de témoignages de bonnes noires travaillant chez les blancs. Au cours de son travail, Miss Skeeter va être amené à s’interroger sur ce qu’est devenue Constantine, la bonne qui l’a élevé et à laquelle elle était très attachée, mais, qui n’est plus là lorsqu’elle revient vivre avec ses parents… Je n’en dirais pas plus, d’abord parce que je ne voudrais pas en dire trop pour ceux qui ne connaissent pas encore l’histoire, mais aussi parce que je pense que la plus part d’entre vous doivent déjà la connaitre !

J’ai pratiquement tout aimé dans ce livre, d’abord, les personnages sont très riches, les trois principaux sont tous attachants à leur façon. Ces trois femmes ont des personnalités différentes mais fortes, chacune à leur façon. Elles sont courageuses, combatives et volontaires pour faire évoluer la société dans laquelle elles vivent, lasses de subir sans jamais rien dire. Ma préférée est sans conteste Minny parce qu’elle m’a fait rire par ses réactions et son caractère très affirmé, j’ai aussi beaucoup ri quand elle raconte son travail pour Miss Celia. J’ai également beaucoup aimé le style de l’auteur, très fluide, sans trop de détails ni de descriptions inutiles, et qui nous incite à ne pas lâcher le livre. Enfin, j’ai aimé l’histoire en elle-même et les thématiques abordées (la condition des femmes et la ségrégation raciale notamment). Ce roman m’a permis de voyager dans l’espace et dans le temps pour aller vers une époque où l’espèce humaine était encore une fois odieuse et capable du pire.

Ce qu’en dit l’éditeur : Chez les Blancs de Jackson, Mississipi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine et s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée. Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, a pu partir sans même lui laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante. Passionnant, drôle, émouvant, La Couleur des sentiments a conquis l’Amérique avec ses personnages inoubliables. Vendu à plus de deux millions d’exemplaires, ce premier roman, véritable phénomène culturel outre-Atlantique, est un pur bonheur de lecture (Editions Jacqueline Chambon, 2010)

Comme je l’ai déjà dit, j’avais vraiment apprécié le film, et je dois dire que j’ai encore plus apprécié la lecture du livre. J’ai passé un très bon moment même si j’ai parfois été tout autant angoissé que les personnages, c’est un roman à la fois drôle et triste, très touchant et authentique.

Publicités

3 thoughts on “La couleur des sentiments – Kathryn Stockett”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s