Lectures, Masses Critiques Babelio, Romans contemporains

L’ange de charbon – Dominique Batraville

Le dernier livre en date que j’ai lu est L’ange de charbon écrit par Dominique Batraville et paru en avril 2014. Il m’a été offert par Babelio et les Editions Zulma dans le cadre d’une masse critique. De quoi s’agit-il ? L’auteur raconte l’histoire d’un tremblement de terre en Haïti, il y décrit la ville de Port-au-prince endommagée… et voilà, je dois dire que je n’ai pas vraiment tout compris, alors le mieux, c’est que vous lisiez la quatrième de couverture…

Quatrième de couverture : Tout commence par le tonnerre et l’engloutissement, le grand tremblement de gorge de « Monsieur Richter ». Face à ce nouvel esprit vodou, M’Badjo Baldini – « nègre errant d’origine italienne » – parvient à tenir la dragée haute à l’apocalypse. Si le personnage principal de l’Ange de charbon est Port-au-Prince, avec son peuple de martyrs et de rescapés, d’esprits et de morts-vivants, on comprend que c’est par le verbe que M’Badjo Baldini surmonte le Mardi des douleurs. « Je vis chaque jour mon épopée », déclare-t-il au huitième matin du désastre tout en récapitulant les femmes-cyclones de sa vie. Et au onzième enfin : « Ma ville se meurt, gît dans son sang. Ma ville-mouroir. Je reviendrai un jour réveiller tes métamorphoses. » Secoué d’un bout à l’autre d’un grand éclat de rire, ce chant d’un Maldoror noir, la tête dans les étoiles et le regard insolent, est comme une ultime réplique au séisme ravageur (Zulma, 2014).

l-ange-de-charbonJ’ai beaucoup de mal à dire ce que ce texte m’a inspiré. Il est certes plutôt joli, mais, je suis loin d’avoir compris tout ce que j’ai lu à cause des nombreuses références notamment religieuses. Le style de l’auteur, que je qualifierais de poétique, ne m’a pas déplu, mais il ne m’a pas tout à fait convaincu non plus sans que je puisse vraiment expliquer pourquoi… J’ai eu beaucoup de mal à entrer dans le récit et j’ai également eu beaucoup de mal à terminer la lecture, déstabilisée par mon incompréhension et le rythme imposé. J’ai trouvé cette lecture compliquée et je suis totalement passée à côté, sûrement parce qu’à ce moment là, j’avais plutôt besoin de me divertir sans trop réfléchir… Cependant, je ne pense vraiment pas que ça soit un mauvais texte et je suis sûre que l’ouvrage, comme le style de Dominique Batraville, peuvent plaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s