Les rivières pourpres – Jean-Christophe Grangé

Je ne lis pas beaucoup de romans policiers (alors qu’en général j’aime bien ça…), mais j’avais vraiment hâte de me plonger dans Les Rivières Pourpres de Jean-Christophe Grangé parce que j’avais gardé un très bon souvenir de son adaptation cinématographique. Bon, par contre, j’avoue, je ne me souvenais pas vraiment du scénario…

D’un côté, il y a Pierre Niémans, un flic qui a de l’expérience mais qui dépasse souvent les limites de l’acceptable. Suite à un nouveau dérapage, il est envoyé en Province, plus exactement à Guernon en Isère, où il doit enquêter sur le meurtre d’un homme que l’on a retrouvé encastré dans la roche. Mais, les événements s’enchaînent et c’est au final une série de meurtres, tous mis en scène de façon assez spéciale, qu’il va devoir élucider. De l’autre, il y a Karim Abdouf, un enfant de la DASS, ancien délinquant devenu flic à Sarzac, une petite ville dans le Lot. Mais il rêve de plus grand, de devenir un super enquêteur, alors, flairant la grosse affaire quand on lui demande d’enquêter sur un cambriolage à l’école et la profanation d’une tombe, il se donne à fond. A priori rien ne rapproche ces deux affaires mais les deux flics vont aller de découverte en découverte et finalement être amenés à se rencontrer. En effet, à leur plus grand étonnement, leurs deux enquêtes sont liées.

J’ai aimé la fin que j’ai trouvé plutôt crédible et en plus, j’ai été surprise ! Bon, pas complètement non plus, je me doutais bien de l’implication de certains personnages, mais quand même, j’ai eu des surprises ! Le scénario est bien ficelé, l’écriture est rythmée, les événements s’enchaînent rapidement mais impeccablement bien, je n’ai pas trouvé d’incohérences. Bref, j’ai été tenue en haleine et je ne regrette vraiment pas de m’être enfin lancée dans cette lecture !

rivieres-pourpresQuatrième de couverture : Pierre Niémans, un commissaire aux méthodes musclées, est envoyé à Guernon, ville universitaire de l’Isère, pour élucider un meurtre atroce : un homme a été découvert nu, mutilé, coincé dans une paroi rocheuse en position f tale. Qui est l’auteur de cette mise en scène macabre ? Parallèlement, dans sa commune du Lot, le jeune lieutenant Karim Abdouf a de quoi s’occuper : l’école primaire a été visitée et le tombeau d’un enfant profané. Au départ bien distinctes et à des lieux l’une de l’autre, les deux enquêtes vont se recouper étrangement pour n’en faire qu’une, à la trame aussi hallucinante que terrifiante. (Albin Michel, 1998)

Au final, quand j’ai eu terminé le livre, en réfléchissant, les images du film ne me revenaient toujours pas alors que je suis sûre à 100% de l’avoir vu… étrange ! En tout cas, maintenant, j’ai plutôt hâte de me plonger dans d’autres ouvrages de Jean-Christophe Grangé.

Publicités

Un commentaire sur “Les rivières pourpres – Jean-Christophe Grangé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s