Bande dessinée, Lectures, Masses Critiques Babelio

Va’a : Une saison aux Tuamotu – Benjamin Flao & Jean-Marc Troubet

Après plus de deux semaines d’absence, c’est avec plaisir que je reviens pour vous parler de ma dernière lecture, une bande dessinée ! Et oui, encore une, mais que voulez-vous, j’aime trop ça. Cette fois-ci, c’est de Va’a : Une saison aux Tuamotu de Benjamin Flao et Jean-Marc Troubet, que j’ai eu la chance de gagner lors d’une masse critique sur Babelio, dont il va être question.

La Polynésie me fait rêver, alors, quand j’ai reçu cette bande dessinée, j’ai été super contente et j’avais vraiment hâte de me lancer dans la lecture. En effet, les deux dessinateurs nous y raconte leur voyage dans l’archipel des Tuamotu où ils se rendent dans le cadre du projet Va’a Motu. Là-bas, ils devaient construire des pirogues traditionnelles. Cette mission va être l’occasion pour eux de nous faire partager l’histoire de ces atolls (ils nous parlent notamment des essais nucléaires qui y ont eu lieu et les conséquences qu’ils ont eu), ils nous racontent leurs rencontres avec les habitants, nous parlent des coutumes et des paysages, qu’ils soient terrestres ou sous-marins, de leurs déboires et difficultés à construire et naviguer ces fameuses pirogues, et tout cela avec beaucoup d’humour.

J’ai aimé cette lecture mais je n’ai pas été autant passionnée que prévu, quelques petites choses m’ont dérangé, j’ai notamment eu du mal avec les poissons et les oiseaux qui parlent… j’aurais aimé plus de détails, plus d’anecdotes.

Néanmoins, cette bande dessinée est très agréable à lire. Les dessins et les couleurs sont superbes, j’ai beaucoup apprécié les graphismes qui m’ont fait voyagé et m’ont donné encore plus envie d’aller moi aussi en Polynésie, découvrir les plages de sable blanc et les récifs coralliens.

Résumé : Au printemps 2014, Flao et Troubs suivent une mission scientifique dans les Tuamotu qui espère relancer la fabrication des va’a Motu, embarcations traditionnelles de Polynésie. La mission n’atteint pas son objectif, mais les deux copains décident de fabriquer eux-mêmes une de ces pirogues à voiles en suivant l’ancestral modèle. Ce bricolage sympathique va leur permettre de construire ponts avec les habitants de cette France lointaine. Participant du rêve commun que les jeunes générations puissent revenir vivre, aimer et mourir sur leur atoll, Flao et Troubs ont parcouru les lagons, plongeant et vivant au rythme du soleil, des cueillettes de noix de coco et de la pêche et ils ont rencontré les habitants. Dessinant beaucoup, ils ont ainsi tracé chacun et ensemble les lignes d’un monde en déclin, modifié en profondeur depuis les années 1960 par l’argent du nucléaire. On se souvient des essais à Mururoa. Plus aucun enfant ne nait aux Tuamotu et les vieillards n’y meurent plus. À dix ans les enfants partent en pension sur d’autres îles pour suivre l’école et les traditions s’échappent (Futuropolis, 2014).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s