Vers une consommation heureuse – Elisabeth Laville

Plus d’un mois sans avis lecture… ce n’est pas que l’envie n’était plus là, mais j’avais besoin de me poser un peu pour réfléchir à l’utilité de ce blog (je pense que tout « blogueur » se pose un jour cette question). Au final, je ne suis arrivée à aucune conclusion réellement tranchée, mais, au moins, il me sert à moi, à me souvenir de mes lectures, alors, pourquoi pas !? Bref, cette fois-ci, ce n’est pas d’un roman dont il est question mais de l’essai d’Elisabeth Laville, Vers une consommation heureuse, qui m’a gentiment été envoyé par Babelio et les Editions Allary à l’occasion d’une masse critique.

2cb33-vers-une-consommation-heureuse

Dans cet ouvrage, il est principalement question du phénomène de la surconsommation, c’est-à-dire de tout ce que nous achetons alors que nous n’en avons pas réellement besoin, et de l’impact qu’il a sur l’environnement. Pour Elisabeth Laville, la consommation est une addiction, nous achetons en pensant que cela nous rendra heureux alors que ce n’est pas le cas. Dans son livre, elle décrit ce phénomène et nous apporte des pistes pour ne pas tomber dans ce piège. Son analyse aborde à la fois la responsabilité des consommateurs, celle des entreprises et des industries, mais aussi celle de nos responsables politiques. Dans une première partie, elle se penche plus en détail sur nos mécanismes de déni, soit, sur toutes les excuses que nous nous trouvons pour ne pas remettre en question nos pratiques de consommateur. Puis, elle propose une analyse un peu plus approfondie de cinq marchés qu’elle juge emblématique : la mode, les médicaments, l’électronique grand public, l’alimentation et enfin la viande. Finalement, dans une dernière partie, elle nous propose une multitude de mesures prises pour lutter contre ce phénomène, notamment par de plus ou moins grandes entreprises ainsi que par des villes.

C’est un ouvrage que j’ai trouvé plutôt intéressant à lire dans le sens où j’ai appris pas mal de chose et où il m’a conduit à réfléchir sur ma façon de consommer (bien que ça soit un sujet qui m’a déjà posé question et donc auquel j’étais déjà un peu sensibilisée). De plus, il est plutôt bien documenté, beaucoup de références chiffrées et d’éléments statistiques sont apportés pour illustrer les propos de l’auteure. Seulement, le fait que les notes nous renvoient en fin d’ouvrage m’a un peu dérangé. En effet, j’aurais préféré trouver les références directement en bas de page pour la simple et bonne raison que je trouve cela plus pratique.

Quatrième de couverture : Chaque semaine, un Français a le choix entre 1 250 nouveaux livres, 10 nouveaux parfums, 13 nouveaux films, consomme en moyenne une boîte de médicament et 1,5 kilo de viande ! Notre volume annuel de consommation est trois fois plus élevé qu’il ne l’était en 1960. Nous sommes devenus accros à la consommation, et cette addiction n’est quasiment jamais questionnée. Élisabeth Laville n’est pas une « décroissante ». Mais cette diplômée d’HEC, spécialiste du développement durable, nous explique pourquoi la consommation frénétique d’aujourd’hui est un piège. Individuellement, le bien-être décroît avec la consommation de biens matériels une fois nos besoins essentiels assouvis. Collectivement, cette course folle épuise les ressources naturelles et dérègle le climat. Y a-t-il une alternative ? Oui, et elle est déjà à l’œuvre en France et dans le monde au sein d’entreprises et de villes qui inventent la consommation de demain. Réjouissons-nous : elle nous rendra plus heureux (Allary Editions, 2014).

Publicités

2 commentaires sur “Vers une consommation heureuse – Elisabeth Laville

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s