Six jours – Ryan Gattis

En ce mois de septembre je poursuis de façon plus ou moins assidue ma plongée dans l’océan de romans proposés à l’occasion de la rentrée littéraire et cette fois-ci c’est du roman de Ryan Gattis, Six jours, dont je viens vous parler.

six-joursDans un contexte de tensions raciales, l’auteur nous plonge au cœur des émeutes de Los Angeles, en 1992, faisant suite à l’acquittement de quatre policiers ayant battus à mort Rodney King. Pendant six jours, du 29 avril au 4 mai, la ville est à feu et à sang et les malfrats profitent de l’anarchie pour régler leurs comptes en toute impunité. Le premier jour, nous assistons, dans le quartier de Lynwood – un territoire loin du centre de la ville où les forces de police et les secours sont principalement mobilisés – à l’exécution plus que violente d’un innocent, Ernesto Vera. Suite à cet assassinat, Ryan Gattis nous fait spectateurs d’une succession d’évènements opposant deux gangs rivaux : celui visé par le meurtre d’Ernesto dont font partie Lil Mosco, son frère, et Payasa, sa soeur, face à celui responsable de sa mort. Plus aucune loi ne compte… Au final, ces émeutes auront été la cause de 10 904 arrestations, 2 383 blessées, 11 113 incendies et de dégâts matériels estimés à plus d’un milliard de dollars. Pourtant, seuls 60 décès y ont été rattachés. Le roman, découpé en six chapitres, nous conduit tour à tour dans la peau de dix-sept personnages différents : des membres de gangs, des commerçants coréens essayant de se défendre avec leurs moyens, un pompier ou encore une infirmière.

La violence dans ce roman est extrême. Nous sommes complètement immergés dans cette ambiance chaotique et tendue. Ryan Gattis ne porte aucun jugement, il se contente de nous exposer des faits, mais il le fait très bien. Son propos est extrêmement bien documenté, il faut dire qu’il a pris la peine de faire des recherches poussées pendant deux ans sur le sujet et de rencontrer d’anciens membres de gangs. Le fait qu’il y ait dix-sept personnages différents m’a un peu effrayé au départ, mais, Ryan Gattis fait preuve là aussi d’une très grande maîtrise. Il n’a pas hésité à adapter son style et sa langue à chacun d’entre eux et les transitions sont plutôt fluides. Résultat, il a su recréer une atmosphère et des personnages particulièrement crédibles et réalistes. Ne connaissant pas particulièrement cet épisode de l’histoire contemporaine américaine, j’ai beaucoup apprécié cette lecture que j’ai trouvé instructive et prenante, très bien rythmée et très vivante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s