U4 : Yannis – Florence Hinckel

Après environ un mois d’absence (pas parce que je ne lisais plus, mais parce que j’étais partie en vacances…), c’est d’un projet d’écriture original et intéressant dont je viens vous parler : U4. Quatre auteurs – Vincent Villeminot, Carole Trébor, Yves Grevet et Florence Hinckel – ont chacun écris un roman dystopique à partir d’un évènement commun, d’un point de départ identique, mais en racontant chacun l’histoire d’un personnage différent. Au cours de leur aventure, les protagonistes vont se croiser, c’est là tout l’intérêt de ce projet, cependant chaque livre peut se lire indépendamment des autres, il n’y a aucun ordre de lecture à respecter. Évidemment, pour commencer cette série de romans, je me suis lancée dans la lecture du tome retraçant l’aventure de Yannis. Pas parce que j’aime particulièrement l’auteure, à vrai dire, je ne la connaissais pas, mais, parce que Yannis est originaire de Marseille et que j’espérais retrouver un peu cette ville que j’aime énormément à travers les mots de Florence Hinckel. Le principe est donc plutôt innovant, par contre, l’histoire, quant à elle, n’est pas vraiment originale.

7c5ed-u4-yannis-florence-hinckelLe lecteur se trouve, au côté du personnage dont il lit l’histoire, plongé dans un monde où le virus U4 vient de décimer 98 % de la population mondiale n’épargnant que les 15-18 ans. Suite à cette épidémie, Yannis, dont il est question dans le roman de Florence Hinckel, se retrouve seul dans l’appartement familial, son père, sa mère et sa petite sœur n’ayant pas survécus. Adolescent plutôt réservé et quelque peu accro au jeu vidéo W.O.T sur lequel il passait, avant la catastrophe, le plus clair de son temps libre, incarnant un avatar, héros de guerre, prénommé Adrial, Yannis va vivre un petit moment seul avec son chien Happy dans sa chambre, à l’abri du monde extérieur. Tant que le courant électrique est maintenu et que le réseau internet fonctionne, il communique sur les forums du jeu avec des adolescents, seuls comme lui, mais, cela ne va pas durer longtemps. Le dernier message qu’il va recevoir, comme tous les autres « experts », est celui de Khronos, le maître du jeu, lui donnant rendez-vous à Paris, quelques mois plus tard, afin de changer le futur et peut-être même le passé… Yannis n’est pas un garçon très courageux, il se sent bien plus à l’aise dans la peau d’Adrial que dans son propos rôle, pourtant, il ne va pas hésiter longtemps avant de prendre la route en direction de la capitale.

Nous allons alors suivre Yannis, accompagné d’Happy mais aussi des fantômes des membres de sa famille, tout au long de son aventure. Sur la route, il va d’abord être très seul malgré quelques rencontres plus ou moins agréables. Il va notamment avoir l’occasion de se rendre compte par lui-même du chaos dans lequel sont plongées les grandes villes, souvent contrôlées par des groupes d’adolescents pillards n’hésitant pas à tirer sur ceux ne faisant pas partie de leur bande. Une fois arrivé à Lyon, son road-trip va prendre une autre tournure, il va rencontrer d’autres experts de W.O.T qui, comme lui ont eu le message de Khronos, et il va devoir affronter une multitude de contretemps avant de pouvoir atteindre son objectif…

Au départ, je l’avoue, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Je pense que cela s’explique principalement par le fait que Yannis se mettait à incarner Adrial dès lors qu’il avait peur, qu’il avait une difficulté à surmonter. Au fil des pages, ceci c’est très largement atténué rendant, à mon sens, la lecture plus fluide. De plus, c’est un roman que j’ai trouvé très bien rythmé, les péripéties s’enchainent et je ne me suis pas ennuyée. Malgré mes difficultés du début, j’ai persévéré et j’ai bien fait car par la suite j’ai, en quelque sorte, été happée par l’histoire. Yannis est un personnage touchant par sa sincérité et sa fragilité, il semble être un garçon honnête et plein d’espoir, plein de bonté, je me suis attachée à lui. Pour ce qui est de l’écriture, je l’ai trouvé fluide et d’un style plutôt classique dans le sens où elle n’a rien de foncièrement particulier.

Alors, évidemment, il s’agit d’un roman pour adolescent et il ne conviendra certainement pas à tout le monde. Ceci dit, je pense que l’originalité de la construction de cette saga vaut le détour. Tout au long de cette lecture, le fait de croiser les trois autres personnages des trois autres tomes a complètement attisé ma curiosité. J’aime le concept, et, même si ce ne fut pas un total coup de cœur, je vais, à coup sûr, lire les trois autres tomes dès que j’en aurais le temps.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s