Lectures, Rentrée Littéraire 2015, Romans contemporains

Les gens dans l’enveloppe – Isabelle Monnin

Les gens dans l’enveloppe est un roman qui m’avait beaucoup intrigué lors de la rentrée littéraire de septembre dernier – encore plus après avoir entendue l’auteure, Isabelle Monnin, en parler – et voilà que j’ai enfin pris le temps de le lire.

les-gens-dans-lenveloppeIl se découpe en deux parties, voire trois et même quatre : d’abord une histoire inventée, ensuite un album photo, puis un journal de bord (que j’appelle deuxième partie) et enfin un album de musiques réalisé par Alex Beaupain. Avant de vous parler de la partie fictive du roman, il me parait nécessaire de vous expliquer son point de départ assez original. En effet, c’est à partir d’un lot de vieilles photographies commandées sur internet qu’Isabelle Monnin a imaginé la vie des personnages qui y figurent. Lorsqu’elle écrit cette première partie, elle décide de ne faire aucune recherche sur ces gens afin de ne pas influencer son imagination mais aussi que rien ne changera si elle parvient à découvrir, après l’écriture de sa fiction, qui ils sont en réalité et leur histoire. Elle imagine alors la vie, entre 1977 et 1994, dans l’Est de la France, d’une jeune fille prénommée Laurence, abandonnée par sa mère, Michelle, partie vivre, du jour au lendemain, en Argentine. Il y a également Serge, son père, un brin alcoolique, avec qui elle vit, Mamie Poulet, la mère de Serge et Mimi qui ne cesse de courir. Laurence attend, impatiemment, un signe de vie de sa mère…

Par la suite, Isabelle Monnin retrace dans, une sorte de journal de bord, son enquête pour retrouver les gens qu’elle voit sur les photos, « les gens dans l’enveloppe », dont elle a réécrit la vie. Cela va la conduire dans le Doubs, à Clerval, à la rencontre de la famille M. Elle va alors nous raconter leur véritable histoire de façon plutôt émouvante… J’ai trouvé la démarche de l’auteure passionnante et, d’ailleurs, j’ai beaucoup plus apprécié la deuxième partie du livre – l’histoire des membres de la famille M. m’a plus touché que celle des personnages imaginés par Isabelle Monnin – que la première, même si j’y ai trouvé quelques longueurs. En effet, dans la partie fictive du roman, je n’ai pas vraiment accroché au style un peu trop surfait à mon goût, qui est abandonné dans la seconde au profit d’un ton plus journalistique.

Au final, ce fut une petite déception pour moi mais l’originalité de la construction de ce roman en vaut le détour.

Publicités

8 thoughts on “Les gens dans l’enveloppe – Isabelle Monnin”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s