Juste avant l’oubli – Alice Zeniter

Dans Juste avant l’oubli, Alice Zeniter plonge le lecteur dans un huis clos sur l’île écossaise de Mirhalay alors que des journées d’études à propos du célèbre auteur de polar Galwin Donnell s’y déroulent. A cette occasion, l’île, habituellement habitée par une unique personne – son gardien, un homme peu commode prénommé Jock – se peuple d’universitaires et d’intellectuels passionnés par l’auteur et ses œuvres. Si ces journées d’études, organisées tous les trois ans, se passent à Mirhalay, c’est parce que l’écrivain y est brutalement mort en 1985 après y avoir vécu de nombreux mois. Et sa disparition reste un mystère pour tous puisque son corps n’a jamais été retrouvé : s’est-il suicidé ou quelqu’un l’a-t-il poussé de la falaise ?

juste-avant-loubli-alice-zeniter

Cette année c’est Émilie qui a été chargée d’organiser l’évènement. Après avoir été enseignante pendant un temps, elle a décidé de reprendre ses études et d’écrire une thèse sur l’œuvre de Galwin Donnell. Alors qu’elle se trouve sur l’île depuis quelques mois, elle est rejointe par son compagnon, Franck, avec qui elle vit depuis 8 ans. S’étant quittés sur une dispute à propos de leur avenir commun, ces retrouvailles sont pour lui une occasion de montrer à Émilie qu’il a envie de passer le restant de ses jours avec elle. Mais, rien ne va se passer comme prévu…

juste-avant-l-oubli-alice-zeniterJuste avant l’oubli est un roman qui tient principalement son originalité dans le fait que son auteure, Alice Zeniter, a créé spécialement pour lui un écrivain de toute pièce et cela de façon très réaliste. A tel point que tout au long de ma lecture, je me suis demandé si Galwin Donnell avait réellement existé. De plus, c’est un roman qui a de multiples facettes : il y est question des relations amoureuses mais aussi du monde universitaire et il a également quelques caractéristiques du polar.
Les personnages sont plutôt bien pensés et intéressants : Franck m’a touché un temps, puis, il a fini par m’agacer alors qu’Émilie m’a d’abord laissé insensible pour ensuite me toucher.

J’ai également bien aimé l’atmosphère de cette histoire à la fois froide et pesante. Enfin, j’ai bien aimé le style d’Alice Zeniter, son audace et son humour. Je n’ai eu aucun mal à me plonger dans l’histoire et j’avais très envie de savoir où tout cela pourrait bien nous mener.
Par contre, j’ai un peu moins aimé les chapitres d’analyses sur l’œuvre de Galwin Donnell que j’ai trouvé parfois un peu trop longs bien qu’ils contribuent à rendre tout cela encore plus vrai.
En bref, c’est un roman qui m’a fait passer un bon moment de lecture et je que ne regrette pas d’avoir découvert.

Advertisements

6 réflexions sur “Juste avant l’oubli – Alice Zeniter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s