Coups de cœur, Lectures, Mangas

Sunny – Taiyou Matsumoto

Il est plutôt rare que je vienne vous parler de mangas, pourtant, c’est bien de cela dont il va s’agir aujourd’hui, et plus particulièrement de la série « Sunny » de Taiyou Matsumoto. Pour tout vous dire, mon intérêt pour ce genre littéraire est assez récent et fait suite à une formation suivie dans le cadre de mon travail qui m’a donné envie de prendre le temps de le découvrir.

« Sunny » nous plonge dans les années 70, au coeur d’un foyer appelé « Les enfants des étoiles » dans lequel sont accueillis des enfants plus ou moins âgés, pour tout un tas de raisons différentes, orphelins ou non. Quand l’histoire commence, Sei, un jeune garçon, vient d’arriver et il ne pense qu’au moment où il pourra retrouver les siens… Il va faire la connaissance des autres enfants parmi lesquels Haruo, une jeune garçon insolent et turbulent, aux cheveux mystérieusement blancs ; Junsuke, attiré par tout ce qui brille et les jeux bruyants, ainsi que son petit frère Shôsuke ; Tarô, un grand gaillard à l’air un peu absent qui passe le plus clair de son temps à chanter des comptines pour enfants ; mais aussi Kenji, Asako ou encore Megumu.
Sei va également devoir apprendre à vivre en communauté et au rythme de la maison dans laquelle les éducateurs font tout leur possible pour donner un cadre de vie stable aux enfants, les rendre heureux, et leur donner toute l’attention et l’affection dont ils ont besoin.

Mais qui est Sunny ? Et bien c’est la voiture jaune dans laquelle les enfants de la maison se réfugient pour échapper à leur quotidien et rêver d’ailleurs. Elle est immobilisée et abandonnée dans le jardin mais ça ne les empêche pas de voyager. Dans son habitacle, ils peuvent fumer des cigarettes en douce, feuilleter des magazines pornographiques, se raconter des secrets, s’inventer un tas d’histoires ou tout simplement rêver de chez eux…

A travers cette galerie de personnages marqués par l’abandon, Taiyou Matsumoto nous propose des tranches de vie et nous plonge dans le désarrois que peuvent ressentir ces enfants, se raccrochant à tout ce qui peut leur rappeler leur vie d’avant et leur famille comme par exemple un trèfle à quatre feuilles ou l’odeur de la crème Nivea.

Si je prends le temps de vous parler de cette série de mangas, vous vous doutez bien que c’est parce que l’ai beaucoup aimé. J’y ai trouvé beaucoup de poésie, de sérénité et de contemplation ainsi que de mélancolie sans que cela soit triste. J’ai eu l’impression que l’auteur s’était beaucoup appliqué à donner de l’espoir et à rendre lumineuse son histoire : malgré les circonstances, de bons moments sont à vivre dans cet orphelinat. Je n’y ai pas trouvé de pathos, ni de noirceur, juste de l’humain et beaucoup de sentiments. J’ai adoré la tonalité de cette histoire qui, finalement, n’est pas exceptionnellement rythmée, mais semble très vrai. Cela s’explique très certainement par le fait que l’auteur se soit inspiré de sa propre expérience… Enfin, j’ai adoré son style graphique très original avec lequel j’ai tout de suite accroché, j’ai particulièrement aimé les planches en couleurs.

Avez-vous lu ces mangas ? Qu’en avez-vous pensé ? Des conseils lectures à donner à la novice que je suis ?

 

Publicités

6 thoughts on “Sunny – Taiyou Matsumoto”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s