La salle de bal – Anna Hope

Après ces quelques semaines d’absence, c’est avec plaisir que je viens aujourd’hui vous parler de La salle de bal, le dernier roman d’Anna Hope.

L’histoire se déroule durant l’hiver 1911. Ella, une jeune fileuse, se retrouve internée à l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, après avoir brisé une vitre de la filature où elle travaille depuis l’enfance. A son arrivée, elle ne comprend pas vraiment pourquoi elle se retrouve là et elle pense être libérée rapidement… Malheureusement cela ne va pas se passer comme ça et avec le temps elle va s’habiter à sa nouvelle condition, se créant une certaine routine au sein de l’institution.

Les hommes et les femmes n’y vivent pas dans les mêmes bâtiments, tout comme ils travaillent chacun de leur côté : les hommes aux champs et les femmes à l’intérieur. Mais, chaque vendredi, certains d’entre eux, les plus méritants, autrement dit, ceux qui travaillent le mieux et ne font pas de vagues, sont réunis dans une salle de bal somptueuse. A cette occasion, Ella va faire la rencontre de John, un Irlandais interné suite au décès de sa fille, un évènement qui lui aura fait perdre pieds. Ils vont alors nouer une relation épistolaire secrète puis s’éprendre l’un pour l’autre. Cependant, le docteur Fuller qui dirige l’orchestre et observe ses patients danser, pensant que la musique adoucie les mœurs et peut être une véritable thérapie, ne voit pas cela d’un très bon œil.  En effet, pour lui, les relations amoureuses entre patients sont à exclure fermement. Il fait d’ailleurs partie des défenseurs du projet de loi sur le contrôle des faibles d’esprits validé par Churchill…

salle de balCe roman, qui aborde très habilement le sujet tabou de l’eugénisme, est à mon sens très bien documenté et mêle parfaitement réalité historique et fiction. J’ai trouvé les personnages, notamment d’Ella et de John, intéressants et attachants, excepté peut-être le fameux docteur Fuller un peu trop caricaturé à mon goût. J’ai beaucoup aimé le style d’écriture d’Anna Hope, assez simple mais fluide, et très bien maitrisée. Enfin, j’ai apprécié découvrir cette partie de l’histoire de l’Angleterre d’avant-guerre que je ne connaissais pas. La salle de bal est un roman puissant et sensible, plein d’émotions, que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s