No home – Yaa Gyasi

Avant de commencer la lecture de No home, écrit par Yaa Gyasi, j’avais lu énormément de très bon avis à son sujet sur la blogosphère et certains de mes proches m’en avaient beaucoup vanté les mérites. Alors, je dois l’avouer, j’attendais beaucoup de ce roman, d’autant plus que sa thématique centrale m’intéresse beaucoup.
resumeQuand l’histoire commence, au 18ème siècle, Maama, une esclave Ashanti, s’enfuit de la maison de ses maîtres Fantis qu’elle vient d’incendier, laissant derrière elle son bébé, Effia. Quelques années plus tard, elle épouse un homme et donne naissance à une autre fille, Esi. Les deux demi-sœurs vont ainsi grandir dans deux villages ghanéens rivaux et connaitre des destinées bien différentes.
Effia va être mariée contre son gré à un Anglais et mener une existence confortable. Installée dans le fort de Cape Coast, la chambre qu’elle y occupe avec son mari se trouve au-dessus de cachots où sont enfermés des centaines de personnes destinées à devenir esclaves de l’autre côté de l’Atlantique. Effia ne le sait pas, mais Esi, sa sœur qu’elle ne connaitra jamais, est prisonnière de l’une de ces geôles et va être expédiée en Amérique. Des champs de coton jusqu’à Harlem, les enfants et les petits enfants de cette dernière vont chacun à leur tour devoir grandir en faisant face à l’esclavage et au racisme. D’un chapitre à l’autre nous allons ainsi suivre leur histoire tout comme celles des descendants d’Effia au Ghana. cequejenaipenséAutant vous le dire tout de suite, sans faire de suspense, cette lecture a véritablement été à la hauteur de mes espérances et plonger dans l’histoire de ces deux lignées fut un réel plaisir.

nohomeCe que j’ai le plus apprécié, je crois, c’est la construction très originale du roman. En effet, chacun de ses chapitres relate, chronologiquement, l’histoire de l’un des descendants d’Effia ou d’Esi, alternant l’une et l’autre, mais aussi le Ghana et les États-Unis. De fait, chacun des personnages ne fait qu’une courte apparition au cours du récit. En tant que lectrice, j’aime m’attacher aux personnages, les voir évoluer et nouer des relations, mais cette fois-ci ça n’a pas été possible. D’abord frustrée, j’ai finalement trouvé que c’est ce qui faisait la force du roman de Yaa Gyasi. En faisant ce choix, l’auteure a, il me semble, préféré laisser plus de place à l’histoire (et l’Histoire) en elle-même qu’aux personnages à travers lesquels elle la raconte. Cette construction présente également, à mon sens, l’avantage de rendre le récit très dynamique et rythmé.

A travers cette grande fresque, beaucoup de sujet difficile sont abordés : le commerce triangulaire, et donc l’esclavagisme, mais aussi les conflits entre tributs ghanéennes, le quotidien dans les plantations de coton et le travail dans les mines de charbon aux États-Unis, le mouvement abolitionniste, la colonisation, les violences policières, le racisme ou encore la ghettoïsation. Plus globalement, c’est de l’histoire de l’esclavage, de la ségrégation raciale, mais aussi du métissage dont il est question dans No home.

Yaa Gyasi, toute jeune auteure de 27 ans, nous fait traverser trois siècles de l’histoire du peuple Africain avec ce très beau roman, très bien écrit, très bien maitrisé et très bien documenté.

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

7 commentaires sur “No home – Yaa Gyasi

  1. J’avais lu aussi comme toi quelques avis très positifs, ton billet très bien rédigé me confirme bien que c’est un livre à découvrir. J’attends la sortie en poche quand même car la PAL est bien longue en ce moment. Bonne fin d’année !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s