Par le vent pleuré – Ron Rash

En tant qu’amatrice de littérature américaine, j’avais, depuis pas mal de temps déjà, très envie de découvrir Ron Rash et ses romans. Alors, quand, il y a peu, l’occasion de lire son dernier livre, Par le vent de pleuré, s’est présentée à moi, je n’ai pas hésité longtemps. resumeQuand l’histoire commence, les ossements d’une jeune fille prénommée Ligeia, dont plus personnes n’a entendu parlé depuis plusieurs dizaines d’années, viennent d’être découverts dans une petite ville des Appalaches, aux Etats-Unis. Arrivée de Floride durant l’été 1969, l’adolescente délurée était hébergée chez son oncle et sa tante jusqu’à ce qu’elle disparaisse… Cette macabre découverte va pousser Eugène, le narrateur, à se plonger dans ses souvenirs pour essayer de comprendre ce qu’il s’est réellement passé, ce dernier et son grand-frère Bill, ayant connu et fréquenté Ligeia durant ce fameux été.
A l’époque, alors qu’ils vivent avec leur mère et leur grand-père tyrannique, médecin et père de leur père décédé, leur petite ville rurale n’est que peu au fait des évènements qui font l’actualité dans le monde. Ainsi, ils ne connaissent pas vraiment le mouvement hippie auquel Ligeia adhère. Alors qu’un dimanche après-midi Bill et Eugène pêchent au bord de la rivière, ils vont faire la connaissance de la jeune fille et se laisser envouter. Bill, qui a endossé le rôle du grand-frère protecteur pour palier à l’absence de leur père, va dans un premier temps encourager Eugène à profiter de leur jeunesse et de leur insouciance. Souhaitant plaire à tout prix à sa sirène, Eugène va alors braver tous les interdits…
cequejenaipenséComme je vous l’ai dit en introduction, c’était une première pour moi puisque je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire l’un des romans de Ron Rash et je dois dire que j’ai beaucoup aimé.

parleventpleureCe que j’ai préféré, je crois, c’est la montée en tension progressive tout au long du récit, l’atmosphère rurale et pesante, mais aussi les personnages bien travaillés (sauf peut-être celui de Ligeia qui m’a souvent agacée) profonds et intéressants. Avec ce roman, Ron Rash nous plonge dans les années soixante, aux Etats-Unis, dans une petite ville bien loin de tous les évènements importants ayant marqués l’époque. Ce que j’ai aimé aussi, c’est le rythme imposé par l’alternance entre le passé et le présent et la révélation de la vérité de façon très habile. Par le vent de pleuré n’est pas seulement l’histoire d’une disparition, ce n’est pas non plus seulement une enquête, c’est aussi l’histoire de deux frères que la vie a éloigné ainsi qu’un portrait de la jeunesse de l’époque, partagée entre émancipation et moralité.

J’ai beaucoup apprécié ce roman, prenant du début à la fin, alors que, si j’en crois les habitués de l’auteur, il n’est pas son meilleur. Du coup, j’ai très envie de découvrir ses précédents…

Avez-vous lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ? Selon vous, quel est le prochain roman de Ron Rash que je dois lire ? 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s