Un bruit étrange et beau – Zep

Il y a quelques temps, j’avais adoré découvrir Zep dans un autre registre que celui de l’humour à travers sa bande dessinée « Une histoire d’hommes », alors, c’est avec plaisir que je me suis lancée il y a quelques jours dans la lecture de sa toute dernière parution intitulée « Un bruit étrange et beau ».

un-bruit-etrange-et-beau-zepAvec cet album, Zep nous raconte l’histoire de William, un homme devenu moine, il y a 25 ans, en intégrant l’ordre religieux des chartreux. Isolé de tout et de tous, il ne sait que très peu de choses concernant ce qu’il se passe à l’extérieur. Son quotidien, fait de solitude et de silence, va cependant être troublé par un héritage suite au décès de sa tante, l’obligeant à quitter le monastère et à se rendre à Paris. Dans le train, il va faire la rencontre de Méry, une jeune femme condamnée par une maladie incurable mais bien décidée à profiter de ces derniers moments de vie. Cette rencontre va conduire William à remettre en question ses choix de vie, à douter, mais aussi à se replonger dans sa vie passée.

Zep nous propose avec « Un bruit étrange et beau » une belle histoire, simple, mais toute en sensibilité. Les graphismes, ainsi que la colorisation, sont également très réussis et collent parfaitement au scénario à mon goût. Cette lecture à propos de l’engagement, du choix, et des croyances, m’a touché et m’a fait passer un très agréable moment.

Salto – Judith Vanistendael et Mark Bellido

Il y a quelques jours, je me suis lancé, un peu par hasard, dans la lecture de la bande dessinée « Salto, l’histoire du marchand de bonbons qui disparut sous la pluie », attirée par sa superbe couverture et les quelques illustrations aperçues en feuilletant ses pages. Aujourd’hui, je viens vous dire ce que j’en ai pensé.

salto2

L’histoire que nous racontent les auteurs, Judith Vanistendael et Mark Bellido, se déroule en 2006. Miguel, vendeur de bonbons, vit dans un petit village Andalous avec sa femme et ses enfants et les fins de mois ne sont pas souvent faciles. Il a du mal à s’impliquer sérieusement dans son travail et notamment à se faire payer par ses clients, qu’il adore, ce qui ne convient pas vraiment à son patron. Miguel a un rêve, il espère un jour devenir écrivain mais il est en manque d’inspiration. L’explication réside selon lui dans le fait que sa vie n’est pas assez trépidante. Alors, lorsqu’il entend une annonce à la radio pour devenir garde du corps au service de l’État au Pays Basque il n’hésite pas une seule seconde… au contraire de sa femme. A force d’insister, il réussit pourtant à la convaincre et embarque toute sa petite famille dans cette nouvelle aventure. Malheureusement, cela ne va pas se passer comme il l’avait prévu. Ses relations avec sa femme vont se tendre, son quotidien va être partagé entre angoisse et ennui, toujours obligé de vérifier partout si une bombe n’est pas cachée quelque part, toujours obligé d’être armé, toujours obligé de répondre présent pour la personne qu’il doit protéger.

salto3

Je ne m’étais jamais vraiment intéressée au pays basque espagnol et à ce qu’il s’y passe même si, bien sûr, j’avais déjà entendu parler de l’ETA avant cette lecture. Pour ceux qui me lisent depuis quelques temps déjà, vous avez sûrement dû vous rendre compte que j’aime beaucoup les bandes dessinées ayant de prêt ou de loin une visée documentaire, alors, je n’ai eu aucun mal à me plonger dans cette histoire, avalant les 360 pages d’une traite. Cela dit, je ne sais pas vraiment si cette histoire est basée sur le vécu de quelqu’un…

saltoJ’ai beaucoup aimé le style graphique et le travail des couleurs, d’abord très lumineuses pour aller vers la pénombre au fur et à mesure que le récit avance dans le temps. J’ai également aimé la construction du récit, le ton et les touches d’humour ici et là.
Je ne connaissais absolument pas les auteurs avant de lire « Salto » et suite à cette lecture, que j’ai vraiment appréciée, j’ai poursuivis ma découverte avec l’un des précédents ouvrages de Judith Vanistendael dont je vous parlerais, j’espère, rapidement.

Connaissez-vous Judith Vanistendael et Mark Bellido ? Avez-vous aimé Salto ?

S’enfuir. Récit d’un otage – Guy Delisle

Guy Delisle est un auteur de romans graphiques dont j’apprécie beaucoup le travail. J’avais notamment beaucoup aimé ses « Chroniques de Jérusalem », « Pyongyang » ou encore sa série « Le guide du mauvais père ». Alors, quand j’ai me suis aperçue qu’il venait de publier « S’enfuir. Récit d’un otage », je me suis empressée de me le procurer et de le lire.

senfuir-guy-delisle

Cette fois-ci, Guy Delisle ne nous emmène pas avec lui à la découverte d’un pays et de ses habitants, il ne nous embarque pas non plus dans son quotidien de papa, non, cette fois-ci, c’est dans le passé Christophe André qu’il nous plonge, un homme qui, en 1997, alors qu’il travaillait pour une ONG dans le Caucase, plus précisément en Ingouchie, s’est fait enlever en pleine nuit et emmener en Tchétchénie. Il nous raconte, dans cet ouvrage, comment cet homme a survécu à 111 jours de captivité, à toutes ses longues journées qui se sont suivies et ressemblées, comment il a vécu le manque d’informations et l’impossibilité de communiquer avec ses ravisseurs à cause de la langue qu’il ne parlait et ne comprenais pas. Et puis, il nous raconte comment Christophe André a, un beau jour, réussi à s’évader et à échapper à ses geôliers…

senfuir-guy-delisle-couvAvec « S’enfuir », Guy Delisle nous plonge dans une atmosphère oppressante, il nous fait partager les différents états d’esprit que Christophe André traverse durant sa captivité et il rend parfaitement compte de la souffrance qu’il a vécu durant cette épreuve alors qu’il pensait être libéré très rapidement… Pour ne pas sombrer, il s’accroche à des petits riens, à la routine qui s’installe avec ses ravisseurs et surtout, il fait tout pour ne pas perdre la notion du temps. Finalement, il ne se passe pas grand-chose dans cette bande dessinée, cependant, je ne peux pas dire que je me suis ennuyée. J’ai bien aimé cette lecture et j’ai apprécié retrouver le travail d’illustration de l’auteur cette fois-ci tout en gris et bleu.

Connaissez-vous cet auteur ? Laquelle de ses œuvres avez-vous préféré ?