Acquanera – Valentina d’Urbano

Il y a presque trois ans, en mars 2014, je vous avais donné mon avis au sujet du premier roman de Valentina d’Urbano intitulé Le bruit de tes pas que j’avais beaucoup aimé. Aujourd’hui, c’est de son second roman dont je vais vous parler.

Dans Acquanera, Valentina d’Urbano nous raconte l’histoire de Fortuna, une jeune femme qui retourne dans le village de son enfance, Roccachiara, au nord de l’Italie, alors qu’elle n’y a pas mis les pieds depuis plusieurs années. Un squelette vient d’y être découvert et il se pourrait que ce soit celui de sa meilleure amie, Luce, disparue il y a bien longtemps… Ce retour va être pour elle l’occasion de se remémorer l’histoire de sa famille et son enfance. Ainsi, nous allons être transportés dans le passé à travers les portraits de quatre générations de femmes dotées de mystérieuses facultés.

Clara, la plus ancienne, possédait de grandes connaissances sur les plantes et leurs pouvoirs, elle était capable de guérir de nombreuses pathologies grâce à elles. Esla, la grand-mère de Fortuna était, elle aussi, une experte dans le domaine mais elle était également capable de percevoir la présence des morts. Onda, la mère de Fortuna, est quant à elle capable de voir les défunts et de dialoguer avec eux. C’est une femme plutôt sauvage, qui, hantées par ses visions, préféra vivre une partie dacquanerae sa vie dans une cabane au fond de la forêt plutôt qu’auprès de sa fille qu’elle fut incapable d’aimer et qu’elle laissa à la charge d’Elsa. Et puis, il y a Fortuna, qui elle ne semble avoir hérité d’aucun don particulier mais qui, à cause de la réputation des générations précédentes, sera mise à l’écart par les autres enfants, et plus généralement par les autres habitants du village, comme sa mère et sa grand-mère l’ont été avant elle. Sa grand-mère, qui a veillé sur elle durant toute son enfance, a tout fait pour qu’elle ait une vie normale et des amis, sans succès… Jusqu’à ce que Luce, une jeune fille étrange, rejetée elle aussi par les autres enfants de l’école, et ses parents s’installent dans le village…

Acquanera est un beau roman sur les relations mères-filles, sur les différences et sur l’amitié. C’est aussi un roman très sombre, parfois écrasant par sa noirceur et à la limite du fantastique. Ce deuxième roman de Valentina d’Urbano n’a vraiment rien à voir avec le premier mais je l’ai tout autant apprécié. J’ai été complètement prise par cette lecture et mon envie de tourner les pages ne s’est jamais tarie. Le récit, très bien construit, a réussi maintenir mon intérêt jusqu’à la fin. J’ai aimé cette histoire de femmes, l’atmosphère pesante et surtout la chute du récit à laquelle je ne m’attendais pas.

Connaissez-vous cette auteure ? Qu’avez-vous pensé de ce roman ?

L’océan au bout du chemin – Neil Gaiman

l'océan au bout du chemin

Plus que quelques jours et je pourrais à nouveau lire autant de romans que je le souhaite, sans culpabiliser, enfin ! Ceci dit, j’ai quand même lu quelques livres durant ces derniers mois, et notamment, L’océan au bout du chemin de Neil Gaiman grâce, encore une fois, à une masse critique organisée sur le site Babelio.

De cet auteur, je ne connaissais que la réputation mais je ne m’étais jamais plongé dans une de ses histoires, alors, quand cette occasion s’est présentée, je n’ai pas vraiment hésité à me porter candidate !

Quatrième de couverture : De retour dans le village de sa jeunesse, un homme se remémore les événements survenus l’année de ses sept ans. Un suicide dans une voiture volée. L’obscurité qui monte. Et Lettie, la jeune voisine, qui soutient que la mare au bout du chemin est un océan…Fidèle à son imaginaire merveilleux, Neil Gaiman explore le monde de l’enfance et des contes anglo-saxons pour nous procurer une émotion toute nouvelle, dans ce roman élu par les lecteurs Book of the Year 2013 (Au Diable Vauvert, 2014).

D’abord, j’ai été très attirée par la très jolie couverture de ce roman. Je la trouve très réussie, plutôt poétique, et quand j’ai enfin eu le livre entre les mains, elle m’a donné très envie de le lire. Une fois la lecture commencée, je vous le dis tout de suite, j’ai été beaucoup moins conquise. J’ai beaucoup de mal avec ce type d’univers un peu loufoque qui m’a ici fait penser à celui du Monde de Narnia (que je n’ai d’ailleurs jamais réussi à lire en entier, en fait, je crois même que je n’ai jamais réussi à aller plus loin que le premier tome alors peut être que le rapprochement que je fais entre les deux oeuvres est un peu hasardeux…) auquel je n’accroche pas du tout.

Je ne peux pas dire que j’ai passé un mauvais moment de lecture, ça serait mentir. Cependant, je n’ai pas réussi à me plonger totalement dans cette histoire, dans cet univers fantastique, à m’attacher à ces personnages étonnants. Je ne peux pas dire non plus que ce soit mal écrit, au contraire, c’est fluide comme j’aime, équilibré, sans trop de chichis, les mots sont bien choisis. Je n’ai pas accroché, mais je ne saurais vraiment donner de raisons supplémentaires.